Aller au contenu principal
Menu
OUPS! Vous n'avez pas pu être géolocalisé!
Questions / Réponses

Besoin de plus de précisions ?
Vous n'êtes pas le seul à vous poser des questions, ou avoir des incompréhensions, et c'est bien normal !
N’hésitez pas à nous contacter ici, mais avant, jetez un œil aux questions déjà posées :

CÔTÉ FOURCHE

Quel est le lien entre l’agriculture biologique et le respect de l’environnement ?

Un peu d’histoire..

En France, de nombreux agriculteurs français ont pris conscience dès les années 1950 que l’élevage intensif et l’utilisation de produits issus de la chimie de synthèse (herbicides, pesticides) ne seraient pas des solutions à long terme respectueuses de l’environnement. La France sera donc la pionnière dans les années 1960, à mettre en pratique une agriculture biologique raisonnée et respectueuse de la nature. A travers le cahier des charges bio, chaques parties trouvent sa place : l’homme s’occupe des plantes et de ses animaux; les plantes servent à nourrir l’homme et l’animal; l’animal lui, va nourrir l’homme et les plantes avec son fumier!

Chez Brocéliande, nous nous sommes donné une mission, celle de mijoter un monde meilleur en faisant progresser les filières d’élevage de qualités et le manger mieux. Ce modèle d’élevage était donc fait pour nous ! Pour nous, produire un bio français nous permet de réduire notre empreinte écologique, il nous permet et (VOUS permet) également de privilégier des circuits plus courts en favorisant les produits issus de nos régions (Made in chez nous quoi!).

 

L’impact environnemental de l’agriculture biologique

D’un point de vue terres agricoles, sachez qu’il faut environ vingt-quatre à un sol pour se débarrasser des pesticides et insecticides, afin que celui-ci retrouver toute sa richesse organique !

Les éleveurs Brocéliande qui s’engagent dans ce cahier des charges, s’engagent donc à respecter les équilibres naturels. C’est-à-dire l’harmonie entre : les sols, les végétaux et les animaux, ils n’utilisent donc pas de pesticides chimiques de synthèse. Le résultat ? Pas de résidus chimiques ! Ce qui permet de préserver la qualité de l’eau ainsi que la biodiversité de la faune comme de la flore qui peuvent se développer à nouveau sous terre comme sur terre.

Un nouvel écosystème va finalement voir le jour avec ses propres équilibres. L’agriculteur n’est plus là pour « exploiter », mais pour « accompagner » la nature dans sa production, dans le respect de ces équilibres.

Pour lutter contre les insectes, les éleveurs de la filière bio s’appuient sur des techniques agronomiques (la rotation des cultures par exemple), des produits naturels (huiles essentielles ou purin d’ortie) ou sur l’introduction de prédateurs eux aussi naturels (la coccinelle chasse les pucerons, l’ortie appétissante pour les insectes les détourne des cultures…). Tout est une question de bon sens !

Du côté de la gestion des effluents, les éleveurs vont mettre en place un schéma que l’on pourrait qualifier de cercle vertueux . En effet, le lisier Bio issu de l’élevage doit être épandu sur des terres agricoles Bio qui elles-mêmes serviront à faire pousser des céréales Bio ! De même, au sein de notre coopérative, nous proposons aux éleveurs qui le souhaitent d’utiliser les stations de traitement en y déposant leur lisier. Celles-ci vont séparer les matières liquides et solides qui seront séchées pour être utilisées en engrais organique pour les cultures de collègues agriculteurs. Comme le dirait le célèbre chimiste et philosophe Antoine LAVOISIER : “Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme”.

 

QUID de l’alimentation de vos cochons et son empreinte écologique ?

Nos éleveurs bio nourrissent leurs cochons avec une alimentation variée et équilibrée issue de l’agriculture Biologique. L’utilisation d’OGM est évidemment totalement interdite ! Et 20% minimum de l’alimentation des cochons doit provenir de la ferme. Un éleveur peut également se fournir en s’adressant à des fermes voisines bio. Le principal étant qu’elles soient situées dans le même département : circuit court (c’est la base !) Cette nourriture sélectionnée rigoureusement va contribuer au bon développement du bien-être de nos cochons et à la qualité de la viande.

 

En conclusion...

Vous l’aurez compris, un éleveur qui fait la démarche de s’engager dans un cahier des charges BIO, doit prendre en compte tous les aspects environnementaux qu’une telle démarche occasionne et ce quelque soit les filières (porcine, bovine, avicole..). Et comme toutes les bonnes choses, cela prend du temps ! Au sein de notre coopérative, nous apportons un soutien tout particulier aux éleveurs qui souhaitent s’orienter dans cette démarche. Tous les corps de métiers qui constituent notre coopérative vont se mettre au service de l’éleveur afin de lui apporter les connaissances techniques, sanitaires et vétérinaires indispensables au succès de la conversion. En consommant des produits de la gamme Brocéliande, vous soutenez ces éleveurs qui s’engagent dans les filières de qualités au service du mieux manger !

Ces questions pourraient également vous intéresser...

Quelles sont les caractéristiques d’un élevage de cochons bio ?