Aller au contenu principal
Menu
OUPS! Vous n'avez pas pu être géolocalisé!
Questions / Réponses

Besoin de plus de précisions ?
Vous n'êtes pas le seul à vous poser des questions, ou avoir des incompréhensions, et c'est bien normal !
N’hésitez pas à nous contacter ici, mais avant, jetez un œil aux questions déjà posées :

CÔTÉ FOURCHE

Quelles sont les caractéristiques d’un élevage de cochons élevés sans antibiotique ?

Chez Brocéliande, nous nous sommes engagés au service du manger mieux et d’un combat engagé dès 2014 dans la lutte contre l’antibiorésistance. Ainsi notre coopérative agit pour faire progresser les filières d’élevage de qualité ! Alors, essayons de vous apporter quelques explications quant à notre démarche sans antibiotique.

 

Pour commencer, la vie d’un porc : ça ressemble à quoi ?

  • La période de gestation : c’est la période durant laquelle la truie attend ses petits. Cela dure 3 mois, 3 semaines et 3 jours (facile à retenir !). Lors de cette période, la truie ne doit être ni trop maigre, ni trop grasse pour avoir suffisamment de lait pour allaiter jusqu’à 15 porcelets ! (En général, le nombre moyen de porcelets sevrés tourne plutôt autour de 12 par portée). Cela nécessite de maîtriser son alimentation et de porter un œil attentif à son comportement.
  • La période de la maternité : cela comprend les périodes de la naissance et de l’allaitement, soit 21 ou 28 jours dans nos élevages. Lorsque la truie met bas, l’éleveur doit faire preuve d’observation et de réactivité car plus la mise bas est rapide, plus les porcelets pourront tous recevoir de manière homogène un colostrum riche en défenses immunitaires naturelles et transmises par leur mère.. Lorsqu’ils naissent, les petits sont très fragiles, ils ont besoin de chaleur, c’est pourquoi un espace avec des lampes chauffantes est présent dans chaque maternité. L’éleveur est garant des bonnes pratiques en termes d’hygiène et de biosécurité dès la naissance !
  • La période post-sevrage : Elle dure environ 2 mois. Lorsque les porcelets sont sevrés, ils pèsent environ 8kg. Cette période est délicate car le passage du lait maternel à une alimentation plus solide perturbe un peu le système digestif et immunitaire encore très fragile, il faut donc redoubler de vigilance pour éviter les complications (diarrhées, maladies…). A l’issu de cette phase dite de post-sevrage, les porcelets pèsent environ 30kg.
  • La période d’engraissement : Cette phase dure environ 3 mois, les porcelets vont être en période de croissance et vont prendre progressivement du poids jusqu’à atteindre 110kg environ. L’éleveur doit ici garantir qu’il n’y ait pas de surdensité dans les enclos. Il fait également très attention à la ventilation des bâtiments car les porcs produisent du CO2, de l’ammoniac, des poussières…
  • L’abattage : Lorsque le porc atteint 6 mois de vie, il part à l’abattoir. Ceux-ci sont présents à proximité de nos élevages, dans le grand-ouest.

 

Nos spécificités en élevage sans antibiotique dès la naissance

La clé pour éviter d’avoir recours à des antibiotiques pour soigner les porcs, c’est avant tout d’éviter qu’ils tombent malades !

  • Ainsi, la maitrise des bâtiments est un élément fondamental. Notre organisation en coopérative nous permet d’avoir des techniciens qualifiés qui visitent les élevages pour les aider à améliorer constamment leurs équipements et à maîtriser tous les éléments : ventilation, température, biosécurité (nettoyage des salles, lutte contre les rongeurs, hygiène avec le lavage systématique des mains voire les douches systématiques et le changement de vêtements et de chaussures avant d’entrer dans les élevages, qualité de l’eau….
  • De plus, la maîtrise de l’alimentation est également primordiale : il convient d’être attentif aux besoins et d’être le plus doux possible pour le système digestif de l’animal lors de la délicate transition post-sevrage. Dans tous les cas nos éleveurs utilisent une alimentation garantie sans OGM (la législation impose néanmoins d’inscrire <0.9% au cas où des traces persisteraient).
  • Sur l’aspect santé, vous l’aurez compris, nous sommes dans la prévention avec les 2 points évoqués précédemment, nos éleveurs utilisent également des probiotiques pour renforcer les défenses immunitaires des cochons. Et si l’un d’eux venait à tomber malade malgré tous ces efforts, nous utilisons d’abord des méthodes alternatives pour le soigner : homéopathie, huiles essentielles, phytothérapie… Si malgré cela, l’animal ne réussissait pas à guérir, alors en dernier recours, il reçoit un traitement antibiotiques et sort de la filière Brocéliande.