Aller au contenu principal
Menu
OUPS! Vous n'avez pas pu être géolocalisé!
Questions / Réponses

Besoin de plus de précisions ?
Vous n'êtes pas le seul à vous poser des questions, ou avoir des incompréhensions, et c'est bien normal !
N’hésitez pas à nous contacter ici, mais avant, jetez un œil aux questions déjà posées :

CÔTÉ FOURCHE

Quelles sont les caractéristiques d’un élevage de cochons bio ?

Vous proposer des produits bio, issus de nos élevages, c’est faire le choix d’un mode d’élevage plus respectueux de l’environnement et du bien-être animal. Et pour nous, Brocéliande, c’est aussi engager toute notre coopérative au service d’un objectif commun : un élevage de qualité et le manger mieux, en allant au-delà des cahiers des charges !

Alors, lorsqu’un éleveur a le projet de convertir son élevage en bio, il s’engage à respecter un cahier des charges certifié par un organisme indépendant et à respecter les « bonnes manières » Brocéliande. C’est un véritable engagement mûrement et longuement réfléchi…

 

Les bases d’un élevage bio

Commençons par le commencement, Rome ne s’est pas faite en un jour, la conversion de nos élevages en bio non plus (sinon c’est trop facile !). L’éleveur doit dans un premier temps repenser tous ses bâtiments d’élevage. En effet le cahier des charges fixe certaines exigences comme l’accès à l’extérieur des cochons en fonction des stades physiologiques de ceux-ci (nous vous détaillons toutes ces exigences juste après). Il faut en moyenne 18 mois à un éleveur pour qu’il puisse adapter ses bâtiments !

L’éleveur doit également avoir en sa possession des terres agricoles biologiques : 20% minimum de l’alimentation de ses cochons doit provenir directement de sa ferme. L’éleveur a le choix entre produire lui-même son aliment (ce qui demande beaucoup de technicité) ou envoyer ses céréales chez son fabricant qui les lui renverra sous forme d’aliments pour ses cochons. Sachez qu’il faut environ 2 ans pour débarrasser le sol de ses pesticides et insecticides afin qu'il commence à retrouver sa richesse organique ! Et oui ! Les éleveurs de la filière bio n’utilisent pas de pesticide chimique de synthèse. Nous parlons ainsi de cercle vertueux car le lisier bio issu de l’élevage est épandu sur des terres agricoles bio, qui elles-mêmes servent à faire pousser des céréales bio ! Au sein de la coopérative, nous proposons aussi à nos éleveurs de déposer leur lisier dans des stations de traitement qui séparent les matières liquides et solides. Ces dernières seront séchées pour être valorisées en engrais organiques, utilisés pour les cultures de nos collègues agriculteurs. Rien ne se perd, tout se transforme !

 

La conduite d’un élevage bio : ça ressemble à quoi ?

Un élevage de la filière biologique est constitué en moyenne de 80 truies (mères des porcelets).

  • La gestation, il s’agit de la période durant laquelle la truie attend ses petits, c’est à dire pendant 3 mois, 3 semaines et 3 jours (simple à retenir, non ?). Les truies sont évidemment issues de la filière bio pour pouvoir avoir des porcelets qui rentreront à leur tour dans la filière. Lors de cette période, les truies ne sont pas contraintes. Elles ont accès à l’extérieur en permanence afin de pouvoir profiter de la lumière naturelle. Et en cas de mauvais temps, quand il pleut par exemple (ce qui arrive rarement en Bretagne ;)), les truies s'abritent au chaud dans un bâtiment propre et confortable avec de la paille.
  • La maternité, en fin de gestation, les truies sont déplacées dans cette salle appelée maternité. Ici un grand espace les attend avec de la paille et elles n’y sont pas contraintes, excepté lors de la mise bas, durant laquelle elles sont contenues pendant 8 jours environ, pour éviter qu’elles écrasements leurs porcelets.
  • Après la mise bas et quand ils seront suffisamment vigoureux pour s’aventurer loin de leur mère, les porcelets profiteront à leur tour de la litière sur paille ainsi que de l’accès à l’extérieur.

Tout au long de leur développement (qui s’articule autour de 3 stades : le naissage, le post-sevrage et l’engraissement), l’éleveur reste vigilant sur le bien-être de ses porcelets en limitant par exemple la séparation des fratries. Les cochons sont élevés dans des espaces deux fois plus important que l’élevage conventionnel. La température et la circulation de l’air dans ces bâtiments sont des critères de bien-être très importants !

Enfin, la filière biologique exige, la non coupe des queues et le non meulage des dents, ces pratiques sont interdites. Et chez Brocéliande, nous sommes fiers d’aller encore plus loin avec notre démarche porc bien-être initiée dès 2011 ! Oui, oui, une partie de nos éleveurs bio ont choisi de ne plus castrer leurs cochons, et c’est unique en France ! C'est une manière de respecter leur intégrité physique et cela contribue à réduire leur stress et à être naturellement plus résistants aux maladies.